Commission d’enquête de l’assemblée sur la gestion de la crise sanitaire : premier bilan


Déjà six auditions par la commission d’enquête de l’assemblée sur l’impact, la gestion et les conséquences dans toutes ses dimensions de l’épidémie de coronavirus – covid 19.
  • Jérôme Salomon, directeur général de la santé
  • François Bourdillon, ancien directeur général de Santé publique France de 2016 à 2019
  • Geneviève Chêne, directrice générale de Santé publique France
  • Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
  • Benoît Vallet, directeur général de la santé de 2013 à 2018
  • Jean-Yves Grall, directeur général de la santé de 2011 à 2013
Le format des commissions d’enquête à la française n’a rien a voir avec celui des Hearings du Congrès.
Un tour de parole qui impose aux députés de poser plusieurs questions à la fois, des questions souvent imprécises…
Ce qui permet aux personnes auditionnées de ne pas répondre, de répondre à côté…. Ou de manière très vague.
On apprend pas mal de choses, mais beaucoup restent dans l’ombre.
Les questions des députés membres de la Commission d’enquête portent principalement sur la pénurie de masques (gestion des stocks, dégradation des stocks, qui est responsable ?) et de tests. Et sur la gestion de la crise dans les Ehpad.
  • Aucune question sur la gestion de la phase 3 : notamment sur l’interruption de la recherche de contacts (pourquoi ?) sur le fait qu’on renvoyait des gens possiblement infectés chez eux dès lors qu’ils présentaient des symptômes peu sévères (au risque de contaminer leurs proches).
  • Aucune question sur la « brigade sanitaire » : son déploiement (tardif ou pas), sur son efficacité, sur son dimensionnement face à une éventuelle seconde vague (3500 agents de la CNAM : est-ce suffisant en cas de redémarrage ?)
  • Aucune question sur l’intérêt de déployer des équipes mobiles du type Covisan (test, recherche de contacts, isolement, accompagnement médical mais aussi social).
  • Aucune question sur le fait qu’on ait attendu aussi tard pour proposer des solutions d’hébergement aux personnes pour qu’elles évitent de contaminer leur entourage. Et plus généralement sur la question de l’isolement des personnes contaminées.
  • Pas une seule question sur la qualité des connaissances dont disposaient les décideurs (nationaux, territoriaux) pour le pilotage de la crise. Ni sur les moyens dont ils se sont dotés ou pas pour améliorer cette connaissance.
  • Pas une seule question sur ce que l’on savait ou pas des conditions dans lesquelles les personnes se contaminaient (ou ? comment ?).
  • Aucune question sur les moyens dont on s’est doté (ou pas) pour connaître la part de la population porteuse du virus (via des tests hebdomadaires, voire quotidiens sur un échantillon de la population) ?
  • Aucune question sur l’existence ou pas d’une cartographie fine des cas de contaminations pour savoir quels villes/quartiers tester en priorité ou pour savoir où il convient de déployer des drives.
  • Aucune question sur le groupage des tests (intérêt, faisabilité).
  • Aucune question non plus sur la gestion de la crise par les modèles. Ni sur la pertinence de ces modèles (et leur hypothèses très simplificatrices de propagation homogène sur un territoire).

Posts les plus consultés de ce blog

« Nous avons fait une erreur avec les masques. Nous risquons de la rééditer pour les tests »

France: vers une « surveillance sur échantillon pour connaitre le niveau de circulation du virus ».

La gestion de la crise sanitaire vécue au Japon comme « une défaite numérique »