COVID Symptom Study : une application participative pour surveiller et comprendre le Covid19

 
L'application pour smartphone COVID Symptom Study  (ex-COVID Symptom Tracker) a été lancée au Royaume-Uni et aux États-Unis en mars 2020. Elle a été développée par Zoe Global, en collaboration avec King's College London et Massachusetts General Hospital. 

En trois semaines,  elle avait atteint 2 618 862 utilisateurs.
Elle en compte aujourd'hui plus de quatre millions. 

Cette application avait  été initialement conçue aux États-Unis pour soutenir une  étude sur la santé des infirmières.  Il s'agit de l'une des études scientifiques les plus importantes et les plus anciennes au monde avec 280000 participants remontant à 1976.  

L'application enregistre la localisation, l'âge et les principaux facteurs de risque pour la santé. Les participants signalent quotidiennement  leurs symptômes, les consultations médicales effectuées, les résultats des tests, s’ils sont en en mode « isolement » ou leurs attentes en termes de prise en charge. Les personnes sans symptômes apparents sont également encouragées à utiliser l'application.

« Depuis son lancement,  des millions d'utilisateurs ont transmis plus de 170 millions de rapports de santé quotidiens permis de faire d'énormes progrès dans la compréhension des symptômes du COVID-19, qui est le plus susceptible d'être affecté, et comment il se propage à travers la population ».

Les données, préalablement anonymisées, sont mises à la disposition des chercheurs et du National Health Service (NHS, le service britannique de santé) « afin de  contribuer a la compréhension du Covid a et la planification de la réponse».

Elles permettent d’établir  des cartes de la prévalence du COVID-19 à l’échelle du comté et de cartographier le nombre probable de cas sur des zones couvrant en moyenne 1 500 personnes (1000 à 3 000 personnes).


COVID Symptom Study



Posts les plus consultés de ce blog

« Nous avons fait une erreur avec les masques. Nous risquons de la rééditer pour les tests »

France: vers une « surveillance sur échantillon pour connaitre le niveau de circulation du virus ».

La gestion de la crise sanitaire vécue au Japon comme « une défaite numérique »