Allemagne : les centres de santé examinent et re-saisissent chaque jour à la main des milliers de fax à la main


La vie publique en Allemagne est largement paralysée depuis des jours afin de ralentir la propagation du nouveau type de virus corona. Les mesures comprennent également une ingérence dramatique dans les droits fondamentaux , comme des restrictions de sortie. 


Au départ, seuls les nombres de nouvelles infections peuvent montrer si elles ont l'effet escompté. Mais leur fiabilité dans les semaines et les mois à venir est discutable. 


Selon une étude de netzpolitik.org, les centres de santé  se plaignent de problèmes qui rendent leur travail inutilement difficile.


Quiconque a jeté un coup d'œil aux chiffres des cas allemands dimanche pouvait presque avoir l'impression que le pire était déjà passé. Le jour ou  Angela Merkel a déclaré devant la presse,  que «nous continuons à réduire constamment la vie publique et les contacts sociaux », elle ne disposait pas d'informations agrégées et fiables à l'échelle nationale sur la propagation du coronavirus car ces chiffres, apparemment,  n'existaient pas encore. 


L'Institut Robert Koch (RKI) a reconnu  que tous les centres de santé  n'avaient pas transmis de données au cours du week-end, c'est pourquoi le nombre de nouveaux cas signalés ne correspondait pas à l'augmentation réelle. Les cas  infections connus ne seront comptabilisés qu’en début de semaine.


Ces retards de transmission  ne sont pas un bug mais une fonctionnalité


Dans les services de santé de Hanovre ou de Sarrebruck, les employés sont tous mobilisés. Le personnel des autres départements a été réaffecté  pour faire face au flot de signalements de nouveaux cas. À Munich, où plus de 1 500 infections sont connues, environ 200 personnes traitent les nouveaux cas de personnes positives. 


 Il est clair que le système de transmission des chiffres actuels vers le RKI  pourrait bientôt être au bord du gouffre.


L'autorité sanitaire de Hambourg considère déjà le volume des signalements de nouveaux cas un problème majeur. 


Le mode de traitement des signalements joue également évidemment un rôle.


Les centres de santé  examinent et re-saisissent chaque jour  à  la main  des milliers de fax à la main  


La loi sur la protection contre les épidémies  prescrit la manière dont les déclarations doivent être traitées. Si un laboratoire détermine à partir d'un échantillon qu'un patient a été infecté par le coronavirus, il communique le résultat au service de santé local. Pour ce faire, il utilise un formulaire d'inscription prêt à l'emploi qu'il envoie généralement par fax. Le laboratoire informe également le médecin responsable du patient. Il doit compléter le rapport, par exemple, avec les coordonnées de la personne concernée et également le transmettre au service de santé. Notre enquête montre que cela se fait  principalement par télécopie.


Le centre de santé à son tour pseudonymise les données et les transmet  d'une part à l'autorité sanitaire régionale, d'autre part directement à l'Institut Robert Koch. La transmission vers le RKI se fait de manière uniforme via une interface technique, ce qui permet au RKI de traiter automatiquement les données. Mais cela n'est possible que parce que les centres de santé saisissent à la main des milliers de nouveaux rapports chaque jour. 


Sauf à Munich,  partout en Allemagne ces jours-ci, des gens sont assis devant des ordinateurs  traitent des fax, parfois aussi des e-mails ou des appels téléphoniques. Un effort gigantesque rendu encore plus difficile par des facteurs comme le caractère incomplets des rapports transmis par les médecins. 


Pourquoi les rapports des médecins sont-ils souvent incomplets?


À Brême, le centre de santé appelle en personne toutes les personnes atteintes de COVID-19 et les interroge.  Toute personne qui ne répond pas est relancée par écrit. Les informations fournies par les médecins généralistes sont cependant souvent incomplètes. Un obstacle dont se plaignent les autorités sanitaires de Munich, Hambourg et Sarrebruck. Les employés doivent consacrer du temps à compléter les informations comme les coordonnées de la personne.


En fait, il existe également un formulaire prêt à l'emploi pour les médecins. C'est le même document qui doit être rempli pour toutes les autres maladies à déclaration obligatoire. Ce formulaire est téléchargeable sur le site du RKI.  Il y a des cases à cocher pour le choléra, la tuberculose, la peste mais le COVID-19 n'est pas répertorié : le formulaire d'inscription a presque quatre ans.


Malgré la pandémie, il n'y a pas de formulaire de déclaration spécial pour le COVID-19


Lorsque Sibylle Katzenstein  reçoit un nouveau résultat positif, elle écrit immédiatement les coordonnées du patient ainsi que les symptômes et leur apparition sur la fiche du laboratoire. Puis elle le faxe au département de la santé. «Je souhaiterais un formulaire plus simple, lié au coronavirus, avec toutes les informations importantes», dit-elle. À son avis, cela inclut également les personnes avec lesquelles le patient a eu des contacts.


Il y a parfois des retards importants dans la transmission des résultats des tests. Sibylle Katzenstein a fait état lundi de 800 échantillons qui s'étaient accumulés dans le laboratoire. Basil Bustami dit qu'il attend une semaine ou deux avant d'obtenir les résultats de laboratoire. « 


Le nombre de cas non signalés est probablement énorme


Les personnes infectées mais sous une forme bénigne ne sont jamais identifiées de cette manière. Les centres de santé ne les enregistrent pas comme de nouveaux cas et personne ne suit les personnes  avec qui elles ont été en contact.


Le temps de doublement est actuellement de 5,5 jours. Le RKI  donne le chiffre de 36000 cas connus. Le nombre de cas non signalés est susceptible d'être plus important.


Netzpolitik : Les centres de santé dans la crise corona




Posts les plus consultés de ce blog

« Nous avons fait une erreur avec les masques. Nous risquons de la rééditer pour les tests »

France: vers une « surveillance sur échantillon pour connaitre le niveau de circulation du virus ».

La gestion de la crise sanitaire vécue au Japon comme « une défaite numérique »