Des équipes de recherche de contacts débordées en Allemagne : Berlin et Stuttgart dont appel à la Bundeswehr

Le 6 octobre, les enquêteurs de terrain étaient submergés à Berlin et dans quatre autres villes : Offenbach (Hesse), Pinneberg et Lahn-Dill (Schleswig-Holstein) Esslingen (Bade-Wurtemberg). C’est le cas à Stuttgart depuis quelques jours. 

Face à l’afflux de nouveaux cas, les autorités dans ces villes ne peuvent plus garantir que chaque personne testée positive sera rappelée par des enquêteurs. 

Plusieurs  centaines de soldats sont à pied d'oeuvre à Berlin pour épauler les autorités sanitaires. Onze arrondissements de Berlin accueillent ces militaires : seul l'arrondissement de Friedrichshain-Kreuzberg continue de rejeter le recours à l'armée. 

Aprés Berlin, Stuttgart et plusieurs Länder (après Berlin) demandent le renfort de la Bundeswehr.  

Le gouvernement allemand et les Länder  s’étaient pourtant accordés le 15 avril pour renforcer les services de santé publique locaux avec l’objectif d’une équipe de 5 enquêteurs pour 20 000 habitants, soit, au total, 20 000 enquêteurs (4 000 équipes de 5 personnes) pour l’ensemble du pays.


Fin septembre, cet objectif était loin d’être atteint dans plusieurs Lander.

  • La Bavière, par exemple, avec ses 13 millions d'habitants, aurait du mettre en place 650 mais seules 288 de ces équipes étaient opérationnelles.
  • Même constat au Bade-Wurtemberg : sur les 553 prévues, seules 292 étaient en place, fin septembre. 
  • En Hesse, il y a 268 équipes au lieu des 313 prévues, et 34 en Sarre au lieu des 50 nécessaires. 
  • Seul le Land de Brême disposerait d’un personnel suffisant

Allemagne : Gouvernement fédéral et Länder s’accordent sur un objectif de 5 enquêteurs pour 20 000 habitants

Posts les plus consultés de ce blog

« Nous avons fait une erreur avec les masques. Nous risquons de la rééditer pour les tests »

France: vers une « surveillance sur échantillon pour connaitre le niveau de circulation du virus ».

La gestion de la crise sanitaire vécue au Japon comme « une défaite numérique »