États-Unis : Comment des technologies obsolètes et le manque de personnels ont entravé les efforts des services de santé publique pour contenir le Covid-19


Pour la première fois depuis la fin de l’hiver, le nombre des décès quotidien dépasse régulièrement la barre des 2 000 décès depuis le 7 septembre. Une reprise liée à la stagnation du nombre des vaccinés, au laxisme des gouverneurs républicains du Sud mais aussi au sous-équipement numérique des services de santé publique. 


Tout au long de l’année 2020, la presse américaine a pointé les dysfonctionnements numériques du système de santé publique : l’usage du fax entre laboratoires et les services de santé publique, en charge du traçage, des délais de 10 jours pour la transmission des résultats des tests, des informations manquantes comme les adresses des patients, indispensables pour localiser les résurgences du virus. Toute une série de goulots d’étranglement qui entravaient la remontée et la centralisation des données pour suivre l’avancée du virus, au niveau fédéral …. 


En juillet 2020, le New York Times déplorait « qu’avant de pouvoir gérer la pandémie, les responsables de la santé publique doivent gérer un système de données défaillant qui envoie des résultats incomplets dans des formats difficilement utilisables. Les États-Unis continuent de rencontrer des problèmes causés par leur système de santé fragmenté, un mélange de technologies anciennes et nouvelles et des normes de données qui ne répondent pas aux besoins des épidémiologistes. Les responsables de la santé publique et les laboratoires privés ont réussi à étendre les tests à plus d'un demi-million effectués quotidiennement, mais ils ne disposent pas d'un système capable de gérer correctement cette avalanche de résultats ».


Le système de santé publique américain continue de se débattre avec des technologies obsolètes et incompatibles


Politico a publié le 15 aout 2021 une enquête détaillée sur ces dysfonctionnements : six mois d’enquête, des entretiens avec une cinquantaine d’entretiens et de témoignages des responsables de la santé dans 25 États et plus d'une douzaine de responsables actuels et anciens du CDC et d'autres agences fédérales de santé.


« La Covid-19 a révélé l'incapacité de ce système bricolé à détecter avec précision quand et où le virus se propageait afin que les responsables de la santé publique puissent intervenir. Ces fissures semblent maintenant encore plus grandes, car le variant Delta rend l'identification rapide des épidémies et des grappes encore plus cruciale pour contenir le virus. Un sentiment de capitulation était courant tout au long de la pandémie ». 


« Pour les responsables de la santé publique, la tâche de protéger leurs communautés contre Covid-19 était comme sauter d'un avion avec un parachute parsemé de trous. Les fonctionnaires ont été contraints d'essayer de réparer leur parachute alors qu'ils étaient en chute libre. Certains ont trouvé un chemin vers le sol. D'autres non ».


Au niveau national, les retards dans la réception des rapports de laboratoire et les chaînes de transmission rompues ont entravé la compréhension par le gouvernement fédéral de la propagation de Covid-19 dans tout le pays. «Lors de l'explosion mortelle des cas l'hiver dernier, certains États ont mis des semaines à recueillir et à communiquer leurs données, faussant ainsi l'image nationale de Covid-19 ». 


« Avec des résultats des tests transmis par les laboratoires aux services de santé publique par fax, e-mail ou courrier postal, il fallait parfois plusieurs jours au personnel des services de santé publique pour saisir manuellement les résultats dans le système de santé. Cela retardait la désignation d'un agent pour tracer les contacts et prévenir les personnes ».


De nombreux services de santé des États ne disposaient pas de systèmes partagés (et interopérables) pour suivre un individu positif  qui circulait d'un État à un autre. 


En janvier 2021, le mois le plus meurtrier de la pandémie, « les États avaient plus de cinq semaines de retard dans la transmission au CDC des données de mortalité … Sous un déluge de nouvelles infections, les États avaient trois semaines de retard dans le traçage des cas-contacts ».


Une transformation numérique inachevée


Parmi les conclusions de POLITICO :


« Il y avait une prise de conscience généralisée que les services de santé des États manquaient de fonds suffisants et de technologies de pointe, mais le gouvernement fédéral a continué de s'appuyer sur les systèmes de santé publique des États pour signaler les cas positifs et négatifs et les décès de Covid-19. Malgré les limitations évidentes des systèmes d’information, les responsables de la santé locaux et des États ont été largement livrés à eux-mêmes ».


« Dans les États, des dizaines de services de santé se sont appuyés sur des logiciels compliqués et des technologies différentes pour collecter des informations sur les cas, enquêter sur les cas et contenir les foyers de contamination ».


Si le manque de financements a entravé la transformation numérique des services de santé publique, leurs responsables reconnaissent qu’ils ont souvent refusé de s'éloigner des systèmes et processus qu’ils maîtrisaient, souvent à base de fax.  Certains même s’opposaient à l'idée de numériser les documents.


«Les problèmes qui les ont entravé en 2020 persistent encore aujourd'hui. Sans améliorations immédiates et généralisées, les États-Unis risquent de faire face aux mêmes problèmes de surveillance, de confinement et de gestion des épidémies cette année que ceux qu’ils ont rencontrés au cours de l'année dernière ».


Pourquoi la recherche des contacts n'a pas pu suivre l'épidémie de COVID aux États-Unis


NPR, la radio publique américaine dresse, pour sa part, un bilan des programmes de recherche de contact.


En avril 2020, les services de santé des États ne disposaient, au total, que d’environ 11 000 agents pour les opérations de recherche de contacts : des effectifs nettement insuffisants pour un pays de 330 millions d'habitants. Des experts en santé publique estimaient au printemps 2020 que le pays devait décupler ses effectifs pour atteindre 100 000 ou plus.

 

Les services de santé locaux et ceux des états ont recruté des agents tout au long de l’année 2020:  leur nombre est passé de 11 000 à plus de 70 000 en décembre 2021, selon NPR. 


Des effectifs encore insuffisants quand les cas ont commencé à augmenter fin 2020


« Lorsque le virus s'est propagé de manière incontrôlable, le recrutement est devenu encore plus complexe : en recruter combien ? Pour quelle durée ? … Une fois que les cas ont commencé à exploser, il n'y avait plus aucun moyen pour les traceurs de contacts de suivre le rythme. C'était un peu comme "essayer de construire l'avion tout en le pilotant… »


Les autorités de santé locales invoquent aussi « une absence de leadership fédéral. Comme pour tant d'autres aspects de la pandémie, il n'y avait pas d'approche uniforme. Certains services de santé se sont tournés vers des centres d'appels privés, d’autres se sont appuyés sur des bénévoles 


Les nouveaux financements de l'administration Biden sont destinés à renforcer les services de santé des États et locaux pour faire à la fois le travail de base de santé publique (inspections des restaurants, sensibilisation au VIH) et pour préparer la prochaine  épidémie ou pandémie. «Mais les responsables locaux comme ceux des états ne savent pas quoi faire avec l'argent qui est maintenant disponible » observe NPR. 


Dans la dernière enquête de NPR auprès des services de santé des États « très peu de répondants avaient une idée concrète de la manière dont ils utiliseraient ces fonds du Plan de relance ».


L'administration Biden a prévu 7,4 milliards de dollars pour mettre à niveau les services de santé publique, et notamment le recrutement d’agents de santé publique. 


« Ce financement représente une énorme opportunité d'inverser les années de désinvestissement dans le système de santé publique, selon l'Association nationale des responsables de la santé des comtés et des villes…Il y a beaucoup d'inquiétude que cet argent soit temporaire. Après qu’il sera dépensé, il n'y a aucune garantie qu'il sera réapprovisionné».


Les experts en santé publique espèrent « que les États-Unis briseront le cycle expansion-ralentissement du financement afin que – lors de la prochaine pandémie – le pays n'ait pas à construire l'avion de recherche des contacts tout en le pilotant ».



Sources 

Politico : Inside America’s Covid-reporting breakdown

NPR: Why Contact Tracing Couldn't Keep Up With The U.S. COVID Outbreak

BBC : The outdated machine hampering the fight against Covid-19

The NewYork Times:  Bottleneck for U.S. Coronavirus Response: The Fax Machine




Voir aussi sur "Technopolitique de la crise sanitaire"


50 000 enquêteurs sur le terrain aux États-Unis : au moins 100 000 seraient nécessaires

Fax, téléphone et courrier pour transmettre les résultats de tests : la misère numérique du système de santé publique américain entrave la réponse aux coronavirus

États-Unis : les Démocrates proposent la création d'une force sanitaire de 180 000 enquêteurs

Joe Biden appelle à la création d’une force sanitaire de 100 000 membres




Posts les plus consultés de ce blog

« Nous avons fait une erreur avec les masques. Nous risquons de la rééditer pour les tests »

France: vers une « surveillance sur échantillon pour connaitre le niveau de circulation du virus ».

La gestion de la crise sanitaire vécue au Japon comme « une défaite numérique »